Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles de presse                                         d' Alain Tourre correspondant local aux DNA

Articles de presse d' Alain Tourre correspondant local aux DNA

Toute l'actualité de Nambsheim (Haut-Rhin Alsace) à travers quelques articles de presse et photos


Le défrichage sonne le rappel des opposants à EcoRhéna

Publié par Alain Tourre sur 3 Octobre 2022, 16:53pm

Quel gâchis ...

Photo l'Alsace M-L Perrin

Photo l'Alsace M-L Perrin

Je reproduis ci-après l'article paru dans les DNA du dimanche 2 octobre écrit par Marie-Lise Perrin.

Le défrichage sonne le rappel des opposants à EcoRhéna

Ils ne sont pas contre tout mais veulent avoir leur mot à dire : alors que les premières opérations de défrichage ont débuté le long du Rhin, les villageois réunis de Nambsheim et environs ont manifesté, ce samedi, contre le manque de concertation dont ils s’estiment victimes.

 Ils étaient un peu moins d’une centaine, ce samedi matin, sous le crachin tenace de ce premier jour d’octobre. À l’appel des villageois réunis de Nambsheim et environs, 80 personnes venues des alentours, d’Allemagne ou de plus loin pour les associations Stop Fessenheim, Alsace Nature et le Chaudron des Initiatives ont marqué leur mécontentement au bord de la RD52 à Nambsheim.

« En catimini, comme d’habitude »

Le lieu de rendez-vous était fixé à l’entrée de la zone 3 d’EcoRhéna, où les opérations de défrichage ont débuté depuis la fin septembre. « En catimini, comme tout ce qui se fait depuis le début autour d’EcoRhéna » dénonce un membre du collectif de Nambsheim.

« Dans les années 70, il y avait environ 400 hectares de terrain qui pouvaient être industrialisés entre Balgau, Nambsheim, Heiteren et Geiswasser […] Aujourd’hui, il reste 82 hectares dont 56 pour la ZAC EcoRhéna. Ces derniers sont divisés en trois secteurs : le secteur 1 est la zone industrielle Koechlin […] Vient le secteur 2, celui qui se trouve à 25 m de nos habitations. Et enfin le secteur 3, le long du Rhin, que le SMO (Syndicat mixte ouvert du port rhénan, propriétaire d’EcoRhéna, ndlr ) est en train de défricher pour rien » a détaillé Michèle Furstoss, présidente de l’association des villageois réunis.

L’association s’est constituée en août 2021, deux mois après une réunion publique houleuse au cours de laquelle Gérard Hug, président de la communauté de communes du Pays Rhin-Brisach, a présenté le projet EcoRhéna aux habitants de Nambsheim.

Un recours au tribunal

Sur le plan projeté ce soir-là, des bâtiments industriels à 25 m des habitations font bondir les villageois : « On savait que cette zone pouvait être aménagée mais il ne devait y avoir que du tertiaire sur le secteur 2, pas d’industries » s’étrangle Emmanuel Diffort, membre fondateur du collectif. Depuis, les habitants ont l’impression de courir après les informations et de ne pas être entendus. « À la suite de l’enquête publique de février 2022, on a fait plus de 300 observations et posé des questions. Et nous n’avons quasiment aucun retour à ce jour ».

Un recours a été déposé le 5 septembre 2022 auprès du tribunal de Strasbourg, « avec une demande de médiation avec le SMO et la Comcom » précise Michèle Furstoss.

 « Tant qu’on n’a pas d’information, on est inquiet »

Car s’ils sont opposés au projet dans l’état, les habitants ne sont pas « contre tout ». Ils aimeraient a minima être informés : « On n’a aucune information sur les entreprises qui vont s’installer. Et tant qu’on n’a pas d’information, on est inquiet », résume Emmanuel Diffort.

Des négociations auraient été engagées entre la commune de Nambsheim et la communauté de communes pour préserver « la moitié de la zone 2 », mais « la Comcom a imposé une clause de confidentialité donc depuis le 28 juillet 2022, on n’obtient plus aucune information ». Le début du défrichage de la zone 3, fin septembre 2022, a sonné le rappel pour les opposants à EcoRhéna.

Les manifestants ont profité du rassemblement d’hier pour rappeler leur opposition au projet de Technocentre porté par EDF sur le site de la centrale.  

La stratégie d’aménagement adoptée par le SMO est particulièrement critiquée : « Plus de 10 hectares de forêt seront déboisés, avant même qu’il n’y ait eu un seul permis de construire délivré. Pour faire place nette. Si personne ne demande de permis de construire ou si l’industrie a besoin de moins de place, les arbres auront été coupés pour rien » dénonce Claudia Harter, membre du collectif.

Amazon, maïs et entrepôts

Selon elle, « les responsables de EcoRhéna ont perdu de vue les buts et ambitions formulés dans le projet du territoire, ils veulent y mettre autant d’industries que possible, sans y regarder de trop près. Pour agrandir la surface, ils veulent d’ailleurs abroger les 75 m de distance qu’un projet industriel se doit de tenir d’une route classée à fort trafic ».

Le terme « éco » est « de plus en plus ironique » à mesure que le projet prend forme, estime Claudia Harter très remontée contre les élus locaux : « Amazon, maïs et entrepôts : c’est ça l’esprit de l’Alsace selon nos élus ? C’est ça l’avenir ? Super ! ».

Photo l'Alsace M-L Perrin

Photo l'Alsace M-L Perrin

Photos Alain Tourre
Photos Alain Tourre
Photos Alain Tourre

Photos Alain Tourre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents